Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Manifeste du Mouvement 5 étoiles pour sauver la France

(écrit en début mai 2020)

Il faut frapper fort. Et il faut frapper immédiatement! Sinon la crise sanitaire mal circonscrite et la crise économique qui vient comme un tsunami après le tremblement de terre s’entremêleront, s’autoentretiendront et finiront par emporter la France dans la faillite et le chaos.  
Il faut d’abord frapper fort et immédiatement sur le plan sanitaire pour circonscrire le virus avant le 11 mai. On sait aujourd’hui que l’éradiquer complètement ne sera pas possible et ne le sera peut-être jamais. Il est mal connu. Trop de 
zones d’ombres restent à éclaircir. Combien de porteurs sains? Combien de temps les anticorps des guéris les protègent-ils? Les guéris d’une forme maligne sont-ils immunisés contre une forme sévère? Les guéris gardent-ils en eux une souche qui 
pourra se réactiver plus tard? Le virus est-il saisonnier? Sera-t-il permanent? La chaleur de l’été peut-elle l’atténuer? Une seconde vague, voire une troisième vague nous submergera-t-elle à l’automne comme l’avait fait la grippe espagnole en 
1919? Mutera-t-il un jour sous une forme plus grave? Un vaccin sortira-t-il dans 1 an, hypothèse la plus rapide, ou jamais comme pour le paludisme, connu depuis des dizaines d’années mais toujours sans vaccin? 
Il n’y a pas encore de réponse à ces questions essentielles. Il n’y en aura sans doute pas avant longtemps. Et pourtant il 
faut impérativement que la France soit prête pour ce 11 mai pour réussir son déconfinement. Pour cela il n’y a qu’une solution. Appliquer massivement et immédiatement ce qui marche ailleurs. 

 

Un plan d’urgence sanitaire 
 
1 Des masques FFP2 pour tous les soignants et des masques chirurgicaux et/ou des masques lavables homologués pour tout le monde. Ces derniers ne sont pas d’une efficacité absolue, mais ils filtrent une bonne partie des gouttelettes 
rejetées en parlant. En porter protège d’abord les autres. Si tout le monde en portent, l’efficacité est avérée. C’est une façon de combattre les virus utilisée dans les sociétés asiatiques depuis très longtemps. Les rendre obligatoires dans les 
transports en commun et pour les parents lorsqu’ils déposent leur enfant à l’école est du bon sens. Chaque employeur doit également pouvoir les faire porter par ses salariés là où il le juge nécessaire, par un simple accord d’entreprise.  
Beaucoup de pays comme l’Allemagne, l’Autriche, le Maroc, la Grèce, la République dominicaine, ... en ont en abondance. 
Leur méthode est simple. Ils ont développés un marché intérieur. Voilà pourquoi il faut de toute urgence autoriser un marché privé du masque en levant les obstacles administratifs qui entravent nos (rares) entreprises qui peuvent en 
fabriquer et libérer le commerce.  
 
2 Des tests PCR pour détecter le Covid19 et sérologiques pour savoir qui a des anticorps. Tout citoyen qui a des symptômes doit pouvoir librement demander un test. Dans toutes les professions en rapport direct avec le public, des tests réguliers doivent pouvoir être faits. L’entourage des malades doit pouvoir être testé. Seuls les tests massifs et 
réguliers peuvent détecter les foyers naissants. Et plus tôt un foyer est détecté, plus il est facile de faire des confinements ciblés.  
Nous devons reconstruire une industrie du test rapidement. C’est possible d’autant qu’il n’y a pas besoin de faire de 
recherche. En Allemagne, le Professeur Christian Drosten, l’un des plus grands virologues au monde, a mis en ligne libre de droit l’intégralité de son protocole.  
 
3 De la chloroquine pour tous, plus précisément de l’hydroxychloroquine couplée à l’azythromycine, le protocole du Professeur Raoult. Ce traitement marche s’il est fait au début de l’aggravation de la maladie, sous surveillance médicale et dans les conditions définies par le Professeur Raoult. Ouvrons les yeux. Le principal défaut que lui trouvent ses détracteurs, c’est que la chloroquine est dans le domaine public, donc pas chère, et qu’elle fait ainsi 
concurrence aux nouveaux traitements, donc très chers, que différents laboratoires recherchent. Bien sûr il ne faut pas d’automédication, mais les médecins de ville doivent être autorisés à prescrire ce protocole s’ils organisent une 
surveillance médicale avec l’hôpital voisin.  
 
4 Des gestes barrières intelligents, notamment le lavage des mains, mais sans sectarisme pour ce qui est de la distanciation sociale qui n’est possible ni partout ni dans toutes les activités. C’est aux branches professionnelles à 
déterminer quels sont les gestes barrières adaptés à chaque profession.  

 
Nous avons 15 jours pour mettre en place ce plan d’urgence sanitaire: masques dans les transports en commun et lors des sorties d’écoles, et dans les entreprises là où c’est possible, gestes barrières systématiques pour le lavage des mains, l’éternuement dans son coude, ... et là où c’est possible pour la distanciation sociale, tests systématiques de tout citoyen le demandant et de tous professionnels en rapport avec le public, confinement ciblé et réactif des malades, protocole du Pr Raoult sur prescription médicale pour tous les malades au début de la phase d’aggravation. Rien de compliqué, juste de l’organisation, de la réactivité et du bon sens.  
 
Il n’y a pas d’alternative. Si ce plan sanitaire n’est pas opérationnel dans 15 jours, le déconfinement échouera ou sera 
retardé et la France coulera. Le scénario noir est connu. En cas d’échec du déconfinement ou de prolongation du confinement, l’économie française sombrera, la crise sociale sera sans précédent, des troubles politiques éclateront avec 
de gigantesques manifestations, ... , plus aucun plan sanitaire ne sera alors possible et des nouvelles vagues de contamination feront des ravages.  
Ceux qui veulent prolonger le confinement ou un déconfinement très progressif envoient notre pays dans le mur. La 
situation sociale est déjà catastrophique. 10 millions de salariés sont au chômage technique, payés 84% de leur salaire. Mais on peut estimer que déjà 2 millions aujourd’hui n’ont plus qu’un emploi factice, destiné à disparaître dès la fin du 
chômage technique. A cela, il faut rajouter les indépendants, les intermittents du spectacle, les vacataires, les intérimaires, les extras, ... qui sont sans ressources et dont une bonne part de l’activité ne reprendra pas avant longtemps. 
La situation financière de l’état français est également catastrophique. En 2019, la France a eu un déficit de 100 milliards 
d’€, dont 39 milliards pour le remboursement de la dette et 60 milliards de déficit primaire. Les prévisions pour 2020, avant la crise du coronavirus, faisaient état d’une baisse de la croissance mondiale, européenne et française. Les recettes 
allaient donc baisser. La crise du coronavirus est donc un terrible coup de bambou sur une situation déjà compromise. La solution choisie pour faire face à la crise est l’endettement. S’il est vrai que financer le chômage partiel est une nécessité et 
qu’il faut d’ailleurs souligner l’excellent travail de 3 ministres Bruno Lemaire, Muriel Pénicault et Gérald Darmanin qui ont mis en place un dispositif fonctionnel rapidement, l’endettement est comme une drogue, agréable à court terme et 
douloureuse à moyen terme. La France, seul pays d’Europe à avoir un déficit primaire en 2019, dépend donc des marchés financiers pour payer ses fonctionnaires et ses retraités. Il n’y a pas de possibilité d’augmenter les impôts et taxes car nous 
sommes déjà, avec 46% de prélèvements obligatoires, le pays le plus taxé d’Europe. Et trop d’impôt tue l’impôt! Impossible de relancer l’économie en alourdissant la fiscalité des entreprises déjà surtaxées! Et pourtant les services publics de 
proximité sont paupérisés malgré 56% du PIB de dépenses publiques!  
L’état français est donc déjà virtuellement en faillite. Chaque semaine de confinement plombe un peu plus l’avenir. Le 11 mai est donc la dead line pour relancer l’économie. Nous n’avons pas le choix, il faut un déconfinement total le 11 mai, associé à un plan d’urgence économique pour relancer la machine à court terme et à un plan de refonte totale du système pour le réinventer sur des bases saines. L’heure de vérité est arrivée pour la France. Nous sommes aux pieds du mur. Soit nous nous transcendons et nous sauvons la France. Soit nous échouons et la France 
sombrera. Ça passe ou ça casse!   

 

Un plan d’urgence économique 
 
Le but est de sauver ce qui peut encore l’être de notre économie après ce trop long confinement. Toute la difficulté de ce plan est de synchroniser la reprise de la demande et de l’offre.  
1 L’annulation pure et simple des impôts et taxes du second trimestre pour toutes les sociétés. Pas la peine de faire de tri entre celles qui ont travaillé pendant le confinement et les autres. Même celles qui ont travaillé ont été handicapées. Les ambulanciers par exemple qui ont transporté les malades du Covid 19 ont vu leurs transports globaux 
être réduits de plus de 50%. Chaque situation est différente. Faire un tri demanderait du temps et des moyens que nous n’avons pas.  
  
2 Le report des échéances bancaires de 6 mois pour toutes les entreprises sur simple demande. C’est indispensable pour limiter la casse. Au global, mêmes les banques y gagneront.  
 
3 Un SMAL BUSINESS ACT, une préférence nationale avec une part des commandes publiques réservées aux PME françaises. Pas de taux unique national déterminé, mais un taux adapté pour chaque branche. Et aucun complexe à s’affranchir des lois internationales, de l’Europe ou de l’OMC, les autres font pareil!  
 
4 Un fléchage des fonds de la BCE directement vers la trésorerie des entreprises et vers le compte de chaque citoyen. La BCE va financer un plan de relance de l’économie européenne. Peu importe que ces fonds passent par des eurobonds ou le MES ou autre, il faut utiliser dans cette situation exceptionnelle le mécanisme dit de l’hélicoptère. Relancer la demande et redonner de la trésorerie aux entreprises est un ballon d’oxygène indispensable. Pour être efficace, 
il faut un mécanisme simple, sans complications bureaucratiques, la même somme pour tout le monde et la même somme par employé pour toute entreprise. 

 

Un plan de refonte totale du système français 
 
Une fois le plan d’urgence économique lancé, il faut ouvrir les yeux et prendre tout de suite conscience que le monde 
d’hier ne reviendra pas. Plus rien ne sera pareil. Notre pays, avec un déficit de 90 milliards d’€, 46% du PIB de prélèvements obligatoires, 56% du PIB de dépenses publiques et des services publics de proximité paupérisés, les impôts 
et taxes sur les entreprises les plus élevés d’Europe et une taxation abusive des citoyens au point d’entraîner la légitime révolte des Gilets Jaunes, va devoir revoir toute son organisation et ses priorités pour faire beaucoup mieux avec beaucoup 
moins.  
A l’occasion de cette crise, l’idée d’un monde de demain différent est en vogue. Malheureusement, souvent cette noble idée sert à promouvoir les vieilles lunes d’hier. Pour pouvoir sauver la France, il va falloir commencer par débarrasser la 
société française de ses illusions . Refonder le système commence par libérer la France de ses illusions dangereuses. En voici la liste sans langue de bois et sans sans précautions oratoires pour en désigner les responsables: 
 
Les illusions dangereuses 
1 Contrairement à ce que disent les écolos et les gauchistes, la décroissance est une idée stupide.  
Ce confinement et ses terribles conséquences sociales et économiques devraient nous vacciner pour longtemps contre 
cette idée. Décroissance rime toujours avec chômage. Et chômage rime toujours avec baisse du pouvoir d’achat donc recherche du produit le moins cher, souvent importé, et moins-disant sur le plan écologique. Dans les pays en voie de 
développement, décroissance rime avec encore plus de pillage des ressources naturelles.  
 
2 Contrairement aux gauchistes qui en rêvent pour le monde d’après, l’anti capitalisme est une impasse. Le socialisme à la française est mort avec le Coronavirus. 
Les gauchistes disent «le manque de moyens des hôpitaux est de la faute de l’austérité, donc du libéralisme». Faux, le manque de moyens des hôpitaux est de la faute de l’état «socialiste» français, de sa mauvaise gestion qui l’a privé de 
moyens pour les dépenses essentielles, de son échec à anticiper la crise, de sa bureaucratie et de la bureaucratie qu’il a instauré dans les hôpitaux. Les allemands consacrent les mêmes moyens pour leurs hôpitaux avec des résultats bien 
meilleurs. L’échec dans cette crise du coronavirus est donc bien d’abord celle du «socialisme à la française». Le risque pour la France à se tromper de cible est de s’enfoncer un peu plus dans ses erreurs, ... et de finir par se retrouver dans la 
situation du Venezuela! 
Pour sortir du capitalisme, il faudrait que les autres pays suivent le même chemin et qu’une alternative existe. Le 
socialisme a échoué partout dans le monde. Par contre, la nature du capitalisme peut évoluer. Le néolibéralisme déshumanisant, avec ses dogmes qui favorisent la spéculation et l’inéquité du commerce international, doit être remis en 
cause. L’avenir n’est ni au socialisme ni au néolibéralisme, mais à l’alliance du libéralisme populaire et de l’écologie populaire! Ce double concept est la grande proposition d’avenir que fait le Mouvement 5 étoiles France. Elle est inclassable 
sur l’échiquier politique traditionnel, beaucoup de droite et un peu de gauche. Elle est de droite pour le libéralisme que nous assumons et de gauche pour le combat que nous menons contre le néolibéralisme. 
 
3 Contrairement aux théoriciens gauchistes de l’alternative économique, la dette est vraiment un problème. L’endettement illimité de l’Etat est une illusion. 
La dette est un énorme problème spécifiquement en France parce que notre budget primaire est en déficit. Cela signifie 
que nous avons besoin d’emprunter auprès des marchés financiers pour payer nos fonctionnaires et nos retraités. Le risque d’une hausse brutale des taux, et donc de se retrouver dans une situation comme la Grèce l’a connue, est réel. 
Quant à l’annulation de notre dette, c’est une utopie qui paralyse toute réaction de redressement et qui signifierait la ruine des épargnants et la misère pour tous.  
La France, avec le plus fort déficit d’Europe, les impôts les plus élevés et des services publics paupérisés, a un vrai 
problème de gestion. Inutile de faire l’autruche, il faut l’aborder de face. 
 
4 Contrairement au rêve des souverainistes du RN, de Debout la France et de l’UPR, sortir du Grand Marché Européen est une idiotie.  
Les critiques légitimes contre l’Europe, totalement défaillante dans cette crise du coronavirus, ne doivent surtout pas amener à vouloir sortir du Grand Marché Européen. Il est la seule chose qui fonctionne bien en Europe. Une différence 
doit être faite entre sortir éventuellement des institutions actuelles de l’UE et sortir du Grand Marché. Dé très nombreuses entreprises françaises, notamment des PME, font une partie de leur chiffre d’affaire avec les pays voisins. Les priver d’un 
marché unifié sur le plan des normes et des débouchés, ce serait les amputer d’une partie de leur activité. Après la crise du coronavirus, les entreprises françaises n’auront pas besoin de cela! 
Leur critique sur l’euro qui serait une monnaie trop forte pour la France et l’Europe du Sud a une part de vérité, mais cela 
devrait plutôt nous conduire à une union avec l’Europe du Sud et pourquoi pas 2 euros différents, un pour l’Europe du Nord, un plus faible pour l’Europe du Sud, avec un taux de change fixe, tout en gardant le Grand Marché unifié.  
 
5 Contrairement à la pensée préfabriquées des progressistes macronistes, l’axe franco-allemand est mort.  
Cette crise du Covid19 a dévoilé le nationalisme allemand caché derrière le fédéralisme européen. L’Allemagne se sert de 
l’Europe plus qu’elle ne sert l’Europe. C’est d’ailleurs une des causes du Brexit. Et le traitement de la crise sanitaire a mis en lumière la bonne gestion allemande face à la mauvaise gestion française. Quant au choix d’acheter des F16 américains 
plutôt que des Rafales français, il enterre tout projet de défense commune européenne et montre toute la dépendance de l’Allemagne envers les USA.  
 
6 Contrairement aux lubies de l’idéologie des progressistes macronistes, le multilatéralisme est mort. L’avenir est aux nations fortes et homogènes, bien organisées et bien gérées.  
Cette crise du Covid19 a révélé tous les égoïsmes nationaux. Les USA volent des masques destinés à la France. La 
République tchèque vole des masques destinés à l’Italie. La France vole des masques destinés à l’Espagne et à l’Italie. Le citoyen globalisé de l’élite progressiste française, plus à l’aise à New York que dans la France profonde, s’est retrouvé du 
jour au lendemain interdit de voyage aux USA lors de la fermeture des frontières et ramené à son statut de simple citoyen français. Mais au-delà de cela, chaque pays gère différemment la crise sanitaire. Les solidarités sont d’abord nationales. 
L’efficacité des réponses sanitaires dépend de l’efficacité des organisations nationales. 
 
7 La crise écologique est bien réelle, mais l’écologie que propose les écologistes est une ineptie.  
Fermer les centrales nucléaires pour les remplacer par de l’énergie renouvelable est une ineptie, le renouvelable nécessitant son équivalent en gaz pour fonctionner. Cela revient à multiplier la production de CO2 par 35! Seul a de sens 
de remplacer le charbon par le renouvelable. L’erreur qu’a fait l’Allemagne devrait nous servir de leçon. Remplacer les voitures diesel neuves, qui sont devenues peu polluantes, par des voitures électriques dont les batteries nécessitent des 
métaux rares produits dans les pires conditions écologiques et sociales est également une ineptie. Il est temps d’arrêter de sacrifier notre industrie et notre indépendance pour des lubies inefficaces, voire contreproductives sur le plan écologique. 
L’augmentation sans limite de la taxe carbone n’est pas non plus une bonne réponse. Elle est à l’origine de la révolte des gilets jaunes et demain, avec la crise sociale qui nous attend, sera encore moins qu’hier une réponse appropriée.    
 
8 La bien-pensance progressiste est le nouveau fascisme. 
Le sectarisme des racialistes, de certaines féministes, la dictature de la pensée dans les universités, la censure qui ne cesse de se renforcer dans les médias, les buts dissimulés des ONG immigrationnistes, la violence des antifas, des groupuscules 
vegan, ... d’innombrables faits convergents montre la naissance d’une idéologie progressiste de type fasciste qui dénie à tout opposant le droit même d’exister. Sans nier le risque d’un retour des anciens fascismes, ce progressisme extrémiste 
est peut-être encore plus dangereux car considéré comme moderne, dans le sens de l’Histoire, et s’allie avec certaines multinationales pour standardiser les modes de vie et de pensée. Le vrai courage en politique est de s’opposer aux périls 
contemporains. Nous courrons le risque de voir émerger une société privée de toute humanité.  
 
9 La lâcheté défaitiste des gauchistes et des progressistes devant l’islamisme est suicidaire.  
L’islamisme n’est pas soluble dans la République. Il est l’ennemi juré de la laïcité, donc de la République. C’est une 
idéologie conquérante. Il n’a pas besoin d’être majoritaire pour prendre le pouvoir. Il met en danger l’unité nationale en cherchant en permanence à instrumentaliser les musulmans de France contre la France. Il instrumentalise le tropisme des 
gauchistes et des progressistes en faveur de la «diversité», mais le paradoxe est qu’il est porteur de valeurs à l’exacte opposé des leurs. S’opposer franchement à l’islamisme est une nécessité. Cela ne signifie pas de rejeter les français 
musulmans. Au contraire, c’est les inclure pleinement dans le roman national.     
 
10 Les libertés publiques et la démocratie ne sont en rien acquises. Les défendre en domptant le progrès est le grand défi du 21ème siècle.  
Les lois liberticides et de censure qui se multiplient, la perfectionnement infini des moyens de contrôle social, les comportements de plus en plus anti démocratiques de forces politiques qui dans le passé défendaient la démocratie, le 
recul des libertés partout dans le monde, quelque soit le régime politique, ... tout cela montre la nécessité d’une prise de conscience urgente.  
Pour la survie de l’humanité, il serait urgent d’apprendre à mettre quelques limites au progrès. Philosophiquement, après 
avoir dompté la nature pendant 10000 ans, l’Homme doit apprendre à dompter le progrès.  


Une fois ces illusions dissipées, le travail de reconstruction peut commencer. Le Mouvement 5 étoiles s’inscrit dans une démarche positive de propositions constructives et pragmatiques. La France est à une fin de cycle, comme elle l’était en 
1788 avant la Révolution. Le système français était déjà condamné à sombrer avant la crise du coronavirus. Il n’était pas réformable. La crise du coronavirus est le coup de massue qui l’achève précipitamment. Demain, c’est ce mois de juin 2020. 
Une fois les plans d’urgence sanitaire et économique réussis, il faudra un remède de cheval pour sauver la France. Le voici.  
 
Le remède de cheval 
1 L’intégration, la célébration des différences, c’est fini! Il faut mettre fin à la dictature des minorités agissantes. Place à l’assimilation, au mérite républicain et à l’unité nationale au nom du patriotisme et de la transmission de notre culture millénaire! Retrouvons un collectif et le plaisir de vivre ensemble 
Dans le monde de demain, il y aura les nations fortes, celles qui auront réussi à créer un lien entre leur histoire et leur avenir, et les autres dont les divisions internes en feront les jouets des puissances étrangères. Profiter pleinement des 
plaisirs de notre culture millénaire, de sa cuisine, de sa littérature, de son art de vivre, la transmettre aux générations futures, restaurer les valeurs d’émancipation de la République par le travail et le mérite, restaurer la vraie égalité des 
chances, ... c’est un projet de société à l’opposé de la société froide et impersonnelle d’aujourd’hui, où le consumérisme l’a emporté sur la citoyenneté et le patriotisme, où l’on peut impunément se revendiquer d’autres nations et rejeter l’héritage 
culturel de la France, où des élites peuvent mépriser le peuple français et refuser de défendre ses intérêts, ... Sans ce changement de mentalité et cette unité mobilisatrice retrouvée, la France n’a aucune chance de se relever de la terrible 
épreuve sanitaire et économique que nous allons vivre. 
 
2 Subventions communautaristes et sociétales, millefeuille administratif, corporatisme des élites, fraudes sociales, dépenses sociales pour les non-nationaux, politique de la ville,... les dépenses qu’il va falloir amputer! Le remplacement du droit d’asile par un droit de secours. La fin de l’immigration de masse. La sortie du Pacte de Marrakech. 
L’échec de la politique depuis 40 ans est d’avoir laisser grossir une montagne de dépenses inutiles. Beaucoup l’ont dénoncé, mais personne n’ose dire quelles sont ces dépenses à couper.  Nous le disons et nous revendiquons: 
La simplification radicale du millefeuille administratif avec pour commencer la suppression de la Mairie de Paris, des 
départements 75 92 et 93, des 11 EPT, de la Métropole du Grand Paris et leur remplacement par une Mairie du Grand Paris avec des pouvoirs étendus pour les Mairies d’arrondissement. D’autres simplifications concernant les communautés de 
communes doivent suivre. 
La fin de la clause de compétence générale pour les départements et les régions et la suppression de tous les doublons. 
La suppression des organismes para publics et des innombrables commissions inutiles 
La suppression des subventions aux associations communautaristes de toutes natures 
La suppression des 3 millions de faux numéros de sécurité sociale et des versements de retraites à l’étranger 
La suppression des aides sociales aux non-nationaux (comme cela se fait dans tous les pays du monde) 
La sortie du Pacte de Marrakech et le remplacement du droit d’asile par un droit de secours (secours humanitaire des 
personnes mais pas droit de vivre en France) 
 
3 CETA, Mercosur, Tafta, ... les traités renégociés ou abrogés. L’équité du commerce ne se quémande pas, mais s’impose. 
La renégociation de tous les traités commerciaux internationaux, ceux-ci ayant été négociés par une élite n’ayant aucun sens de la défense des intérêts stratégiques nationaux ni de l’équité du commerce entre PME et multinationales. Il ne s’agit 
pas de prôner le protectionnisme, mais de réécrire les traités avec une conception moins dogmatique de l’économie et selon d’autres valeurs.  
 
4 L’économie réelle plutôt que la spéculation, l’affichage ou le profit rapide. Une vraie politique industrielle et agricole. La baisse pérenne de toutes les taxes sur les entreprises. La suppression des impôts sur la production. Les charges sociales reportées sur la consommation. 
Ce sont des choses très différentes mais qui concourent au même but, défendre l’économie réelle. C’est remettre la finance au service de l’économie réelle avec la limitation de la complexité des instruments financiers. C’est lutter contre la 
bureaucratisation à l’intérieur des entreprises et contre toutes les politiques d’affichage et de gestion à court terme. Ce sont des politiques de soutien à la ré-industrialisation et à notre agriculture.    
 
5 La réorganisation et la défense des services publics de proximité 
Nos services publics de proximité sont pris en sandwich entre 2 maux: la mauvaise gestion du pays qui les soumet paradoxalement à une cure d’austérité alors que les dépenses publiques explosent et leur mauvaise gestion qui amène la 
France à faire moins bien que ses voisins avec les mêmes moyens. La réponse à la crise, ce n’est pas plus de services publics comme la gauche le réclame, ou moins comme la droite le réclame, mais des services publics et un état mieux 
gérés! 
 
6 Une autre méthode de sélection des élites. Une part de démocratie directe.  
Le règne des technos, formatés, carriéristes, méprisants envers le peuple, sans aucune expérience de la vie doit cesser et 
en plus trop souvent défaillants. La diversité qui manque réellement dans notre société est la diversité sociale. Nous voulons recruter des élites qui ont vécu, travaillé plusieurs années et qui soient sélectionnées ensuite au mérite par 
concours.  
Sans remettre en cause démocratie représentative, une part de démocratie directe avec référendums locaux et nationaux comme en Suisse est nécessaire en France.  
Sans ces évolutions, le fossé continuera de se creuser entre le peuple et les élites, et la mobilisation de toutes les énergies 
pour sauver la France ne sera pas possible. 
 
7 Une autre philosophie de la sécurité routière 
La politique de sécurité routière est emblématique d’un état qui manque dans tous les domaines de bienveillance et de justice envers le citoyen ordinaire. La lutte contre la violence routière est bien sûr légitime. Mais multiplier les radars 
tourelles, les voitures radars, la vidéo-verbalisation, la verbalisation à la volée, ... n’est pas une politique de sécurité mais de taxation. Sanctionner les conduites dangereuses et mettre les radars dans les endroits dangereux, lutter contre les 
rodéos sauvages, supprimer les glissières guillotine, investir dans les équipements de sécurité, ... c’est cela l’efficacité en matière de sécurité routière et relève d’une philosophie différente qui cesse d’infantiliser le citoyen. Instaurer un rapport 
plus respectueux entre l’Etat et le citoyen est indispensable pour mobiliser les énergies dans cette époque difficile. 
 
8 Une vraie politique familiale. Un conservatisme éclairé assumé. Refuser la théorie du genre, la PMA sans père et la GPA, concilier repères moraux et tolérance française.  
Face aux diktats de la bien-pensance progressiste, il est temps qu’une voix forte se lève enfin. Pas une pensée réactionnaire caricaturale et caricaturée. Mais un conservatisme éclairé qui défend la PMA avec père biologique connu et 
la coparentalité face à la PMA sans père, l’égalité dans le couple face au féminisme ultra, les valeurs familiales face à la destruction systématique de tous les repères moraux ou normatifs pour les enfants et face à la dangereuse théorie du 
genre, ...  
 
9 L’abrogation des lois liberticides. La défense de la démocratie attaquée de toutes parts. 
La liberté et la démocratie ne sont pas acquises pour toujours. Au contraire, les lois liberticides se multiplient et les progrès 
technologiques ouvrent la voie à des moyens de contrôle de plus en plus intrusifs. Une seule solution pour inverser la tendance. Supprimer les lois liberticides en commençant par celles votées par ce gouvernement et les gouvernements 
précédents, la loi sur le secret des affaires, les lois de censure d’internet et des médias, ...  
La défense des libertés publiques est l’un des plus grands enjeux de ce 21ème siècle qui commence par en être conscient et par refuser des évolutions qui semblent anodines comme la disparition programmée de l’argent liquide, le vote 
électronique dans les élections.  
 
10 Une nouvelle approche de l’écologie. Le principe de la consommation économe. La société des biens immatériels.  
L’écologie est aujourd’hui un sujet trop sérieux pour être laissé dans les mains des écologistes! S’ils ont joué un rôle essentiel dans la prise de conscience des enjeux écologiques, leurs réponses nous mènent dans une impasse. On ne peut 
prôner la limitation de la consommation dans une société de consommation. Décroissance ou croissance, il faut choisir! Pour échapper à cette contradiction, nous proposons le concept de consommation économe. Pas d’écologie punitive ou de 
restriction, mais une écologie d’alternatives économes en ressources naturelles et peu polluantes. L’investissement dans le plastique d’algue, les matériaux de construction alternatifs, ... une multitude d’alternatives sont possibles. C’est une forme 
de croissance verte génératrice d’emplois et de richesses, .. à condition de choisir des alternatives pertinentes, ce que ne sont pas par exemple la voiture électrique ou le scooter électrique! 
L’autre totem des écolos à démolir est celle de la taxe carbone. Si le principe de pollueur payeur semble juste, des taxes vertes dans une économie déjà surtaxée ne sont qu’un boulet de plus. Recyclage, lutte contre les gaspillages et 
consommation économe sont les axes forts d’une politique écologique efficace. 
En élargissant le concept de consommation économe, une économie non consommatrice de ressources naturelles associant culture, plaisirs et réalité virtuelle est amenée à se développer.  
 
11 Un Commonwealth francophone. Une union de l’Europe du Sud. 
Renouons avec notre grandeur et donc cessons de reléguer au second plan la francophonie. Elle est la caisse de résonance naturelle de notre culture. Une France qui renoue avec sa grandeur est une France qui renoue avec la francophonie, la 
considère et s’y investit. Voilà pourquoi lancer un Commonwealth francophone sur le modèle du Commonwealth anglophone. 
Renouons également avec l’Europe du Sud. Cessons ce mépris dans lequel nous a enfermé trop longtemps le couple 
franco-allemand. S’il est utile de conserver une bonne relation avec l’Allemagne, le peuple français partage plus de problèmes communs avec les pays de l’Europe du Sud qu’avec l’Allemagne. L’avenir de la France passe donc par une 
coopération beaucoup plus étroite avec l’Italie, l’Espagne et le Portugal. En cas de trop grandes divergence d’intérêts avec l’Europe du Nord, une union de l’Europe du Sud est à envisager. 
 


Conclusion 


Plan d’urgence sanitaire à réussir avant le 11 mai. Plan d’urgence économique à mettre en place dès le 11 mai. Plan de refonte totale du système français à mettre en place dès le mois de juin. Ça passe ou ça casse! La fenêtre de tir pour s’en sortir se réduit chaque jour. La France est au bord du précipice. Il faut un New Deal français. Dans toute notre histoire nous avons montré que nous ne sommes jamais aussi bons que lorsque nous sommes au pied du mur. Sauvons la France ... maintenant! 

Tag(s) : #Manifeste, #Politique, #mouvement 5 étoiles France, #mouvement 5 étoiles, #mouvement5etoiles.fr

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :